Date de publication: 
aoû 2016

Au-delà de la réintégration, vers la réconciliation

En août 2014, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) décrétait Ebola 'd’urgence de santé publique à portée internationale'. Deux ans plus tard, si la crise sanitaire est terminée, les répercussions des divisions et tensions sociales causées par l’épidémie se font toujours sentir. 

Ebola n’a épargné personne :mise en quarantaine de communautés entières, fermeture des écoles et des marchés, inflation galopante, populations vivant dans un climat de peur permanent. En raison du manque de communication en amont sur la maladie et sur sa transmission, les rumeurs et la désinformation ont suscité la peur et la suspicion. Les populations se méfiaient souvent des représentants du gouvernement local, du personnel médical et des survivants d’Ebola qui se sont tous très vite retrouvés isolés et mis au ban de leur communauté.

Le besoin d’accompagner le retour de ces groupes et de favoriser leur acceptation sociale a été crucial tout au long de la crise et continue de l’être quand bien même la fin officielle de l’épidémie a été proclamée. Quelle est la meilleure approche à adopter?

Nos études et notre expérience durant et après la crise Ebola ont montré que les efforts pour 'réintégrer' les personnes ostracisées dans leur communauté n’ont fait, dans bien des cas, que renforcer leur stigmatisation et leur exclusion. Le processus consistant à organiser des réunions uniques avec les membres de la communauté, en se concentrant sur les besoins d’une seule personne, celle exclue, a en fait occulté la souffrance collective de la communauté tout entière et suscité la rancœur. 

Notre approche est celle de la réconciliation. Pour cela, nous mettons en place un espace de dialogue communautaire permanent et cherchons à comprendre les intérêts et les besoins de toutes les parties, à développer des domaines d’intérêt commun et à prendre en compte les différentes expériences. Conciliation Resources apporte son soutien aux plateformes de district pour le dialogue (PDD), des réseaux d’artisans de paix locaux qui œuvrent dans leurs communautés à discuter des récriminations et à apaiser les tensions. 

Les stratégies d’aide au retour des groupes isolés et ostracisés doivent absolument comprendre les réalités complexes de cette crise et intégrer le fait que l’épidémie Ebola a eu des conséquences sur chacun. 

Pour approfondir le sujet, consultez la note d’orientation intitulée: 'Beyond reintegration towards reconciliation in the post-Ebola context'. 

 

Ajouter un commentaire